mardi 1 novembre 2011

La Belle Ferronnière de Léonard de Vinci (Musée du Louvre Paris)

La Belle Ferronnière est un tableau peint de 1495 à 1497 sur un panneau en bois de noyer et exposé au Musée du Louvre à Paris. Il est attribué à Léonard de Vinci et à son atelier.

Le tableau est répertorié en 1642 dans les collections royales de Fontainebleau.
La Belle ferronnière était le surnom d’une maîtresse de François Ier. Une confusion fut faite lors d’un inventaire à Fontainebleau entre deux tableaux, ainsi l’œuvre de Léonard de Vinci considéré jusque là comme le portrait d’une Dame de Mantoue fut rebaptisé La Belle Ferronnière.

La personnalité représentée pourrait être Béatrice d'Este, l’épouse de Ludovic Sforza, duc de Milan.
Néanmoins l’hypothèse la plus répandue est celle de Lucrezia Crivelli, maîtresse de Ludovic Sforza à partir de 1495.
Léonard aurait donc peint deux maîtresses de Ludovic Sforza : Cecilia Gallerani, La Dame à l'hermine et Lucrezia Crivelli, la Belle Ferronnière.

La balustrade en pierre qui barre le premier plan met une distance entre le sujet et le spectateur. Le fond réhausse et rapproche à l’inverse la jeune femme du spectateur.
A l’image de la Joconde, les traits du visage ne sont pas soulignés mais émergent du jeu d’ombres et de lumières, accentué par l’arrière plan sombre.
Elle est représentée de trois quarts, le regard n’est pas fixe mais sa tête est tournée vers le spectateur.
Une chaîne est nouée à l’arrière de la tête et maintient sur le front une pierre précieuse. Depuis, cette parure s’appelle ferronnière, dans le langage courant et en référence à ce tableau.

Un sourire est juste suggéré par les coins de sa bouche.
La peau très pâle contraste avec la vivacité des couleurs de la robe et des rubans.
Le décolleté de sa robe brodée est joliment orné par un collier délicat mais là encore on notera le contraste entre la richesse de la robe et la simplicité du collier.

Léonard de Vinci - La belle ferronnière
Musée du Louvre - Paris

A noter: La Belle Ferronnière est en voyage... à Londres pour une exposition au National Gallery jusqu’au 5 février 2012. Une indication est placée au Musée du Louvre à son emplacement habituel.

1 commentaire: