mercredi 16 novembre 2011

La grande Terreur

La Terreur, violence d'exception, est d’abord une législation, un ensemble de textes de loi qui rend meurtres, lynchages et actes de barbarie légitimes… et ce, au nom de la défense de la nation et du peuple.

La pratique de la Terreur a débuté en juillet 1789.

Bien qu'au XIXe siècle des personnages tels qu'Adolphe Thiers identifient Robespierre comme le cerveau de la Terreur, cette thèse n'est plus d'actualité de nos jours.

Robespierre a, certes, voté des mesures radicales et a justifié son point de vue:
"(si) le peuple renverse le despotisme et l'aristocratie, les mesures révolutionnaires ne sont que des remèdes salutaires et des actes de bienfaisance universelle".
  • Robespierre a voté la création du tribunal révolutionnaire le 9 mars 1793
  • Au Comité de Salut Public, exécutif collectif, Robespierre joue un rôle d'arbitre mais aussi d’opposant aux autres membres. Néanmoins, il y entérine des décisions pour l'organisation de la Grande Terreur de mai 1794…
  • Son pouvoir, relativement réduit au Comité de Salut Public, était primordial au club des Jacobins, organisation qui contrôlait entre autres les comités de surveillance. Il avait donc les moyens d’agir contre cette violence…

Bien qu’il ait contesté en printemps 1793, la possibilité de mettre en accusation des députés de la convention, il a usé de cette possibilité pour finalement en devenir aussi la victime…
Sa mort, le 10 thermidor An II, avec 21 autres députés, n'a pas mis fin aux massacres et aux pratiques de la Terreur: vendéens, chouans et jacobins ont péri par la suite…

Maximilien de Robespierre
Musée Carnavalet Paris
Anonyme

Aucun commentaire:

Publier un commentaire