mardi 10 janvier 2012

Le pèlerinage à l'île de Cythère d'Antoine Watteau

Le pèlerinage à l'île de Cythère est une peinture d'Antoine Watteau (1684 Valenciennes - 1721 Nogent-sur-Marne) datant de 1717 et exposée au musée du Louvre dans l'aile Sully.

Le pèlerinage à l'île de Cythère
Antoine Watteau 1717
1,29m*1,94m

La peinture représente une partie de campagne de la noblesse. Les personnages sont nombreux. L'ambiance est légère. Certains habits sont clairs et soyeux.

D'après la mythologie, c'est lors de la naissance de Vénus, la déesse de l'amour, que s'est formée l'île de Cythère en Grèce. A l'époque, dire que l'on allait à Cythère, signifiait que l'on cherchait un amoureux.

La statue à droite sous l'arbre représente Vénus.
Un bateau sur la gauche du tableau et d'aspect irréel semble attendre les convives. De petits anges virevoltant en ronde au dessus du bateau, renforcent l'aspect irréel de cette scène.
Le paysage est conçu comme un décor de théâtre, tout aussi important que les personnages. Antoine Watteau a d'ailleurs beaucoup oeuvré pour le théâtre: réalisation de décors, portraits de comédiens, ...

Dans cette peinture, Antoine Watteau a travaillé les effets de brume, les reflets du ciel, les reflets de la montagne dans l'eau parfois jusqu'au flou...

Au premier plan, trois couples flirtent. Ils sont à différents stades de séduction. Le premier homme chuchotte à l'oreille de sa promise, tel un amour en devenir. Le deuxième homme, galant, affiche sa complicité en aidant sa promise à se relever. Le troisième homme, tient sa femme dans ses bras mais celle-ci regarde ailleurs comme pour exprimer un ennui, une passion terminée. A droite du tableau, un enfant avec un carquois, représente un Cupidon. Son arc est accroché à la statue derrière lui.

En dépit de l'importance qu'il donne au paysage, Watteau fait ressortir les personnages en les plaçant sur les diagonales du tableau.

Une courte présentation du tableau extraite de la série Palettes: ArteVod

Si le billet vous a plu, merci de me laisser un commentaire...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire