dimanche 5 février 2012

Messe de mariage d'Henri IV et de Marie de Médicis

Après l'annulation de son mariage avec Marguerite de Valois « la Reine Margot », Henri IV épouse, à l'âge de 47 ans, Marie de Médicis, âgée de 25 ans.
Le mariage a lieu le 5 octobre 1600 à Florence par procuration. Henri IV y est représenté par le duc de Bellegarde, grand écuyer de France.

Mariage par procuration de Marie de Médicis et Henri IV
le 5 octobre 1600
Pierre Paul Rubens 1625
Musée du Louvre

Marie de Médicis atteint Lyon le 3 décembre 1600. Henri IV la rejoint le 9 décembre.
Le 17 décembre, le légat pontifical, le cardinal Aldobrandini, célèbre une messe de mariage des époux en la cathédrale Saint-Jean de Lyon.

Les chants de ces deux messes de mariages ont été joués et enregistrés en l'an 2000 sous la direction de Denis Raisin-Dadre en la chapelle Saint-Pierre Notre-Dame de France à Abbeville.

Voici quelques extraits de l'album:

01 - Pavane fait au mariage de Mr. de Vandosme
 

02 - Au Roy, victorieux guerrier (Musique d'Eustache du Caurroy (1549-1609), texte de Nicolas Rapin)

03 - Sinfonia a 8 [Exultavit cor meum in Domino] (Stefano Bernardi (1575-1636))

04 - A la Royne, ninfe qui tient tant d'heur (Musique d'Eustache du Caurroy (1549-1609), texte de Nicolas Rapin)

05 - Sinfonia a 6 [Sinfonia terza concertata] (Stefano Bernardi (1575-1636))

06 - Epithalame à deux choeurs (Claude Le Jeune (1528-1600))

07 - Muse honorons de ta chanson

08 - Pavane faite pour le mariage de Henri le Grand en 1600

09 - Messe à double choeur : Introit: Deus in loco sancto [plain chant] (Marco da Gagliano(1582-1643))


10 - Messe à double choeur : Kyrie (Marco da Gagliano(1582-1643))


11 - Messe à double choeur : Gloria (Marco da Gagliano(1582-1643))

12 - Messe à double choeur : Credo (Marco da Gagliano(1582-1643))

13 - Messe à double choeur : Offertoire (Gioseffo (Giuseppe) Guami (1540-1611))

14 - Messe à double choeur : Sanctus

15 -  Elevatione (a 4 voci) (Luca Bati(1550-1608))

16 - Messe à double choeur : Agnus Dei (Marco da Gagliano(1582-1643))


17 - Sinfonia a 8 [Fili ego Salomon] (Stefano Bernardi (1575-1636))


18 - Claude Le Jeune Te Deum (Claude Le Jeune (1528-1600))




« Le concert commence par deux pièces écrites par Nicolas Rapin, le poète attaché à la cour et mises en musique par Eustache de Caurroy, maître de Chapelle d'Henri IV. Valeureux guerrier dédiée au roi et Nymphes qui tient tant d'heur dédiée à la reine ont été composés spécialement pour le mariage , les textes faisant d'ailleurs référence très précisément aux événements contemporains: pour le roi, sa guerre avec la maison de Savoie (Montmélian, l'orgueil de savoye et d'italie le rempart, indomptable de force en te voyant te reçoit); pour la reine, son voyage vers la France (Quel paresseux démon te retient à Florence si longtemps). Du Caurroy abandonne dans ces pièces le style ancien contrapuntique dont il était pourtant le maître incontesté, pour adopter le style moderne de la musique mesurée à l'antique.

Son rival Claude lejeune, maître de la Chambre du roi, va donner un témoignage éclatant de cette musique mesurée à l'antique dans son grand épithalame à deux choeurs. Cette oeuvre ambitieuse par son effectif et sa longueur est rythmée par un refrain, O hymen hyménée, hymen, qui revient treize fois avec la volonté de reproduire l'effet incantatoire d'un choeur antique. les indications comme: prologue, hyménée seul, les interventions de voix solo sans aucun accompagnement, les oppositions rapides entre choeur grave et aigu, la double conclusion accentuent son aspect théâtral au service d'une rhétorique officielle qui trouve son apogée dans le souhait de voir promptement un héritier donné à la France: Donc entr'aimez vous... foisonnez de bref en enfants. (...)
La dernière pièce du programme nous ramène en France avec le Te Deum en trois parties de Claude lejeune sur un texte en français et en vers mesurés attribué à Agrippa d'Aubigné. Comme l'épithalame le Te Deum est rythmé par un refrain qui revient sept fois en tutti. Dans le reste de l'oeuvre, Lejeune utilise les six voix avec infiniment de souplesse, duo, trio, groupes de voix aigües répondant aux voix graves dans une recherche permanente de variété et de clarté de la diction. »
Denis Raisin-Dadre, 2000


Direction: Denis Raisin-Dadre
Collection: Doulce Mémoire


Si ce billet vous a plu, merci de laisser un commentaire...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire