mercredi 14 mars 2012

Le voyage dans le passé de Stefan Zweig


Le voyage dans le passé est une nouvelle de Stefan Zweig publiée en 1929 dans le recueil Résistance de la réalité et traduite en français en 2008 par Baptiste Touverey pour Grasset.


Le voyage dans le passé est le récit d’un amour passionné mais ébranlé par des événements politiques exogènes.

Louis, jeune homme d’origine modeste est le secrétaire particulier d’un directeur d’usine de Francfort. Il rencontre la femme de ce dernier et le temps fait son œuvre... Il réalise son amour au moment de son départ au Mexique:

Ce fut une explosion violente, élémentaire, une douleur physique traumatisante, évidente, un ébranlement de tout son être, depuis le sommet du crâne jusqu’au tréfonds du cœur, une déchirure qui illumina tout, comme l’éclair dans le ciel nocturne : et alors, dans cette lumière aveuglante, il eut été vain de ne pas reconnaître que chaque nerf, chaque fibre de lui-même s’épanouissait dans un amour pour elle, la bien-aimée.

En 1914, alors qu’il s’apprête à retourner en Allemagne, la guerre éclate.
Au-delà d’un océan, neuf ans sépareront les deux amants. Les sentiments évanescents de Louis et son besoin de tendresse, le conduisent à un mariage avec une autre. Ce n’est qu’en 1921-22 que Louis peut regagner l’Allemagne et sa bien-aimée. Que reste-t-il de cet amour?

Les thèmes de cette nouvelle sont variés :
- L’expatriation et la nostalgie
- Les différences de niveau social (le début de la nouvelle évoque longuement le malaise de Louis dans les maisons bourgeoises pour lesquelles il travaille)
- La montée du nazisme dans l’Allemagne des années 20 (défilé nazi de Heidelberg)
- L’amour : le premier amour, l’amour platonique, la confusion et la force des sentiments, les interdits
- La recherche d’un bonheur qui semble inaccessible
- L’identité (l’Inaccessible n’est jamais nommée)

L’écriture de Zweig est à la fois puissante et toute en retenue, en tendresse, en subtilité ; elle restitue à merveille les mouvements des sentiments amoureux, laisse au lecteur une agréable sensation de flottement.
L’intérêt de cette nouvelle ne se situe pas dans le rythme, ni dans l’intrigue mais dans la finesse de l’observation et de la description des sentiments, de la psychologie des personnages.

Le soir du 22 février 1942, Stefan Zweig et sa seconde épouse Lotte Altman, mettent fin à leurs jours. Sans conteste, la fin tragique de l’auteur accentue le poids douloureux de la fin de cette nouvelle et l’atmosphère y est assez sombre pour ne pas projeter un Happy End sur cette histoire d’amour…

Titre : Le voyage dans le passé
Auteur : Stefan Zweig
Traduction : Baptiste Touverey
Editeur : Grasset

Aucun commentaire:

Publier un commentaire