lundi 2 avril 2012

La Reine morte d'Henry de Montherlant


La Reine morte est une pièce de théâtre datant de 1942 d'Henry de Montherlant (1895-1972), basée sur l'histoire tragique d'Inès de Castro.

Inès de Castro, fille d'une grande famille castillane, était la maîtresse du futur roi Pedro Ier du Portugal et fut assassinée en 1355 à Coimbra. Ce tragique épisode de l’Histoire du Portugal reste dans la mémoire collective comme un événement d’un romantisme incomparable. Mourir par amour…

C’est à Coimbra, sur la rive gauche du Mondego, dans le jardin d'un hôtel particulier du XVIIIe siècle, la Quinta das Làgrimas (le jardin des larmes), que les amoureux rendent encore aujourd’hui hommage à la mémoire d’Inès de Castro. Au fond de ce jardin, la fontaine aux larmes était le lieu de rencontre des deux amants…



A proximité de la Quinta se trouve le couvent de Santa Clara. Ce monument du début du XIVe siècle fut érigé à la demande de l’autre grande figure féminine de Coimbra, la reine Sainte Isabel. Le couvent subit jusqu’en 1996 la montée des eaux du Mondego et des travaux ont permis depuis de le sauver des infiltrations. Il peut désormais être visité.

Dans un palais qui n’existe plus, en bordure de ce couvent, la folie humaine a ordonné la décapitation d’Inès de Castro, alors âgée de 34 ans et qui avait commis le crime d’aimer et d’être aimée de l’infant Pedro. Celui-ci se vengea avec cruauté des meurtriers et fit couronner sa belle avant de lui offrir une sépulture à la hauteur de son amour.

Aujourd’hui, au monastère d’Alcobaça, deux tombeaux se font face : ce sont les sépultures de D. Pedro Ier du Portugal et d’Inès de Castro. La légende raconte que les tombeaux se font face afin que le jour du Jugement Dernier, en se relevant, leur premier regard soit l’un pour l’autre…

Cet amour adultère n’aurait pas été une menace si la femme de D. Pedro, la princesse de Castille Constança Manuel, n’était décédée en donnant naissance au futur roi du Portugal, D. Fernando Ier.
Veuf, D. Pedro pouvait épouser son amante Inès.
Le roi Afonso IV tente alors de remarier son fils à une autre femme mais le prince refuse. Inès de Castro donne au prince quatre enfants, alimentant ainsi des rumeurs de conspiration contre l’infant D. Fernando Ier et qui laisserait le champ libre aux enfants d’Inès, pour un accès à la couronne.
Afonso ordonne alors la mort d’Inès le 7 janvier 1355, profitant sournoisement de l’absence du prince D. Pedro.
S’ensuivent des mois de conflit entre le père et le fils et à la mort d’Afonso IV en 1357, D. Pedro devient roi du Portugal.

Détail du couronnement d’Inés de Castro
Pierre-Charles Comte 1849
Musée des Beaux-Arts de Lyon
Sur la base d’une intrigue classique, une histoire d’amour qui va à l’encontre de la raison d’Etat, Henri de Montherlant a écrit un chef d’œuvre.

Le mariage de l’infant Pedro, fils du roi Ferrante (Afonso IV), avec l'infante de Navarre, est rendu impossible par le mariage antérieur du prince avec Inès de Castro. La Reine morte ne reprend pas exactement les faits historiques connus de cette tragédie.
La pièce de théâtre met en exergue la psychologie des personnages, et en particulier celle de Ferrante. Le lecteur découvre au fil des pages le cheminement intellectuel complexe qui amène Ferrante à ordonner la mort d’Inès. C’est là, le fil conducteur de la pièce.

Ferrante est un personnage ambigu, manipulé et manipulateur, traître, il cherche à comprendre son rôle en tant que roi et en tant que père. Ses hésitations le font apparaître plus comme un homme que comme un roi. D’ailleurs sa mort à la fin de la pièce le ramène à sa condition d’homme et symboliquement, sa cour préfère rendre hommage à la dépouille d’Inès qu’à la sienne.

Le personnage d’Inès est, quant à lui, ponctué d’une incroyable candeur et d’une certaine naïveté : elle a confiance en Ferrante et même si elle n’aspire qu’à être auprès de son amour, elle a cependant conscience d’une menace grandissante autour d’elle.
Inès et Pedro ont une démarche intellectuelle moins complexe que le roi Ferrante. Ils s'en tiennent à leur position tout au long de la pièce et subissent les événements.


Le personnage de l'Infante est, lui, plus intéressant. Au départ, elle se sent bafouée, humiliée et disparaît. Lorsqu'elle revient dans la pièce, son rôle est sans rapport avec son intervention initiale: elle aspire à sauver Inès, sa rivale et finit par être l'oiseau de mauvais augure, malheureusement juste dans ses prédictions.

La supplication d'Inès de Castro
Francisco Vieira dit O portuense
1802
Musée d'Art ancien de Lisbonne

Un extrait du film La Reine morte de Pierre Boutron




Ici quelques extraits sélectionnés dans la pièce de Montherlant.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire