mardi 15 mai 2012

Saint-Ouen's blues de Raymond Queneau

Saint-Ouen's blues



Un arbre sans une branche
Un oiseau criant dimanche
L'herbe rase par ici

Des godasses pas étanches
Très peu d'atouts dans la manche
Une sauce à l'oignon frit

Un phono sur une planche
Un accordéon qui flanche
Des chats des rats des souris

Un vélo coupé en tranches
Un coup dur qui se déclenche
Des voyous des malappris

Un vague vive la Franche
Par un Auvergnat d'Avranches
Les Kabyles les Sidis

La putain qui se déhanche
Un passant séduit se penche
C'est cent sous pour le chéri

Des cheveux en avalanche
Des yeux non c'est des pervenches
Des jolies filles de Paris

Ma douleur qui s'épanche
La fleur bleue ou bien la blanche
Et mon cœur qu'en a tant pris

Et mon cœur qu'en a tant pris
À Saint-Ouen près de Paris

L'Instant fatal, Raymond Queneau

Aucun commentaire:

Publier un commentaire