lundi 27 août 2012

Les charmes discrets de la vie conjugale de Douglas Kennedy

Les Charmes discrets de la vie conjugale est un roman de Douglas Kennedy publié aux Editions Belfond en octobre 2005.


Les charmes discrets de la vie conjugale nous présente la vie d’Hannah, une américaine née dans les années 50, qui se marie, devient maman assez jeune et se sent piégée dans une vie qu’elle ressent comme une prison. Son père lui demande d’accueillir quelques jours un opposant à la guerre du Vietnam. Une relation physique naît entre les deux jeunes gens et Hannah se voit contrainte de conduire le jeune homme en fuite au Canada…

Dans un style fluide, Douglas Kennedy nous fait découvrir des personnages complexes, qui changent de discours et de comportement au fil des pages et dont on ne peut prédire les réactions.
Le rapprochement de cet ouvrage avec Madame Bovary de Flaubert est évident et souligné par l’auteur qui fait analyser le roman par Hannah :
« - Le roman qui m’a le plus marqué a été Madame Bovary de Flaubert […] selon moi, Emma Bovary était une victime de la société.
- Dans quel sens ?
- Et bien la façon dont elle se laisse emprisonner dans une existence qu’elle ne voulait pas puis comment elle se persuade que tomber amoureuse va résoudre tous ses problèmes.
- Bien vu ! a-t-il approuvé avec un sourire.
- Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi elle choisit le suicide comme porte de sortie. Elle aurait pu s’enfuir à Paris par exemple.
- Parce que tu la considères dans le contexte d’une femme américaine des années 60. Pas dans celui de son temps et de son milieu. Avec tous les codes sociaux de l’époque. […] Elle sait qu’à Paris elle finira, au mieux, petite main dans un atelier de couture. La société de son époque n’a aucune pitié pour une femme mariée qui renonce à ses responsabilités. L’épanouissement personnel est un concept inconnu. Chacun doit tenir sa place. Point final. Aux yeux de Flaubert la pire horreur imaginable est la répétition du quotidien, son ennui écrasant. Je dirais qu’il est le premier grand romancier à avoir compris que nous devons tous nous confronter à la prison que nous édifions en nous-mêmes. »

Le lecteur notera quelques points communs entre les deux ouvrages :
- Les protagonistes sont issus de la bourgeoisie
- Les héroïnes sont mariées à des hommes respectables, tous deux médecins
- Les deux couples s’installent dans de petites villes où les rumeurs courent
- Les héroïnes ont renoncé à leur rêve pour leur mariage
- Elles sont insatisfaites de leur vie et craignent de ne pas s’épanouir
- Elles cèdent toutes deux à l’adultère
- Leurs vies s’effondrent : l’une choisit le suicide, l’autre un nouveau départ à Paris.

Cet ouvrage d’un volume conséquent est composé de deux parties :
- Une première partie du roman se déroule dans les années 1970. Le rythme est lent et permet de découvrir Hannah et ses relations avec ses parents, jusqu’à son adultère.
- Une deuxième partie du roman se déroule en 2003. Le rythme est soutenu, les événements nombreux et la fin quelque peu inattendue.

Les thèmes abordés par Les charmes discrets de la vie conjugale sont variés :
- la politique américaine: Douglas Kennedy démontre à quel point les Etats-Unis sont passés d'un radicalisme à l'autre: des mouvements contestataires contre les autorités et la guerre au Vietnam jusqu’à l’Amérique puritaine et conservatrice incarnée par George W Bush.
- les milieux intellectuels universitaires en opposition aux milieux financiers 
- la psychologie : la dépression, l’affirmation de soi, la recherche du bonheur, l’incapacité à profiter du moment présent, les nombreuses réflexions sur l’existence et le sens de la vie
« Nous voulons toujours ce que nous n’avons pas. Nous ne cessons jamais d’être insatisfaits, de moins en partie, par la vie que nous nous sommes organisée, si réussie puisse-t-elle être, parce que nous n’arrivons pas à être entièrement comblés par la réalité, l’Ici et le Maintenant. » « Ne penses-tu pas que la tristesse fondamentale du grand âge tient dans la certitude où tu te trouves, que non seulement ta fin peut arriver à tout moment, mais aussi que le monde s’est déjà habitué à compter sans toi ? » 
- la société américaine: l'intégrisme chrétien, le puritanisme des petites villes dans les années 70 et dans l'ensemble du pays cette dernière décennie, l’importance de l'image et des sociétés de relations publiques, les lobbies anti-avortement et les condamnations publiques
- le poids des médias: l’emballement médiatique et la domination de l'opinion publique, la manipulation de l'information qui nous rappelle l'affaire Clinton ou DSK.
- les relations familiales: l’éducation et la difficulté d'être parents, les relations avec des enfants devenus adultes, les relations et conflits intergénérationnels :
« La bonne nouvelle, toutefois, c’est que, une fois que tu auras consacré 21 ans à élever ton fils Jeffrey, il n’aura que des reproches à t’adresser. »
« Quel déchirement, de constater que l’enfant que vous avez élevé, auquel vous avez toujours souhaité le meilleur de la vie, ne partage rien de commun avec vous ! » 
- la vie conjugale dont l'adultère semble ici un passage obligé :
« Comme disent les Français, « chacun a son jardin secret » ! », 
le mariage et la maternité, pièges de la plupart des femmes et le quotidien du couple souvent dévastateur :
« Un homme et une femme n’ont pas besoin d’être sans cesse collés l’un à l’autre pour avoir une relation enrichissante. » 
« - Tu me dis que toute notre histoire a été une supercherie, que tu n’as jamais été heureux. Alors que j’avais choisi, en toute conscience, de rester avec toi.
- Tu as choisi de rester avec moi ? Trop gentil de ta part. Je suis flatté, honoré, touché ! Tu t’es envoyé en l’air avec un criminel en fuite, tu l’as aidé à passer la frontière, mais tu as choisi de rester avec moi… » 

Paris est vu dans cet ouvrage comme un objectif, parfois impossible à atteindre. Se rendre à Paris semble être une forme de libération. Hannah essaie d’échanger avec sa mère en lui remémorant son propre voyage à Paris :
« j'essaierai de retrouver ce petit café de la rue Monge dont elle nous avait si souvent parlé » 
et ce n’est pas un hasard si l’ouvrage se termine dans un aéroport parisien...

Titre: Les charmes discrets de la vie conjugale
Auteur: Douglas Kennedy
Editeur : Belfond
Date de parution: 22 septembre 2005
ISBN: 9782714441065

Vos commentaires sont bienvenus...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire