samedi 6 octobre 2012

28 boulevard des Capucines de David McNeil

28 boulevard des Capucines est un roman biographique de l’auteur-compositeur et interprète David McNeil publié en avril 2012 aux éditions Gallimard.




Dans cet ouvrage d’une tendresse absolue, David McNeil nous parle de sa vie d’artiste mais aussi de la Shoah, de ses relations avec son père le peintre Marc Chagall, … et cependant, en toute pudeur, il n’évoque pas sa vie de famille (et c’est tout à son honneur).

Le titre de l'ouvrage fait référence à son concert à l’Olympia, le 27 janvier 1997, et est à la fois le point de départ et la fin de cet ouvrage :
« C’est l’adresse de l’Olympia. Le fameux music-hall, promis à la destruction dans un peu moins d’un mois. Il aura fallu l’insistance d’au moins trois ministres pour qu’on obtienne, les parkings souterrains excavés, de déplacer l’édifice d’une douzaine de mètres et de le reconstruire à l’identique. Mais moi, si j’ai voulu chanter ce 27 janvier, c’est que je voulais fouler le même sol qu’ont foulé Édith Piaf, Brel et John Lennon, Bob Dylan et tant d’autres. »
« Dans cette immense salle de l’Olympia, toute en longueur, surmontée d’un balcon en fer à cheval, il y a une ambiance étonnante, presque intime. »
David McNeil nous décrit dans quelles circonstances certaines de ses chansons ont été écrites : Melissa pour Julien Clerc, Louisa pour Yves Montand, Hollywood ou encore ci-dessous Couleurs pour Yves Montand :

« Moulin Rouge, Derain fauve
Au tabac, métro Blanche
Chapeau paille, Pablo mauve
Bleu de Prusse, paix revanche

Souris grises, étoiles jaunes
Marché noir, chemises brunes
Dollars verts pour Von Braun
Casques bleus pour des prunes

Ballets roses, bérets verts
Côte d'Azur, blond platine
Blanc marron, outremer
Gardes rouges et Marines

Carte orange, blues et jeans
Bleu pétrole, marée noire
Miradors Argentine
Drapeau blanc pour plus tard »



28 boulevard des Capucines est ponctué de nombreuses anecdotes, qui vont de la recherche d’une tortue peinte par Gauguin jusqu’à la préparation d’œufs brouillés pour Mme Thatcher...

Si David McNeil est un globe-trotter (il a vécu un peu partout dans le monde), il a cependant eu la chance de créer des relations amicales avec les plus grands artistes français : Doisneau, Renaud, Nougaro, Souchon, Montand, Voulzy, Dutronc, ...

La perception des parisiens selon David McNeil est assez pertinente :
« Quand Alain et Belote Souchon ont fêté leur dixième anniversaire de mariage, ils nous ont invités à passer tout un après-midi sur un bateau-mouche, une « Vedette du Pont-Neuf », un de ces bateaux qui partent toujours du quai au pied du Vert-Galant et descendent la Seine, à moins qu’ils ne la remontent. Les parisiens ne prennent jamais les bateaux-mouches et peu d’entre eux sont montés un jour sur la Tour Eiffel. [...] Soit ils sont blasés, soit ils se disent que, de toute façon, et les bateaux et la tour seront toujours là et qu’ils ont bien le temps d’y aller un jour! »

Titre: 28 boulevard des Capucines
Auteur: David McNeil
Editions: Gallimard
Date de parution: avril 2012
ISBN: 9782070125067

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire