lundi 1 avril 2013

Peer Gynt d'Henrik Ibsen

Peer Gynt est une pièce de théâtre de l'auteur norvégien Henrik Ibsen parue en 1867.


Cet ouvrage amène le lecteur à la réflexion dans de nombreux domaines:
- la vie, ses crises et ses renouveaux:
« Peer Gynt: avoir toujours deux fers au feu contre les pièges sournois de la vie - bien savoir que les jours qui vous sont contraires ne sont jamais les derniers - savoir que derrière vous les ponts ne sont jamais coupés. »
- la mort (échanges avec le fondeur de boutons)
- la recherche du bonheur: malgré ses élans vers Ingrid, vers la femme en vert, vers Anitra, ... Peer est chaque fois déçu...
- l'identité: les nombreux échanges dans l'asile du Caire:
« Begriffenfeldt: Qui êtes-vous?
Peer Gynt: J'ai toujours tâché d'être moi-même. »
- l'amitié et parfois l'hypocrisie associée (Master Cotton, Monsieur Ballon, ... volent Peer)
- le destin (Peer aurait dû embarquer dans le yacht qui a coulé, il trouve opportunément un costume et un cheval dans le désert)
- l'esclavage et la traite des noirs, auxquels Peer participe.
- la fortune
« Etre soi-même par la puissance de l'argent, c'est bâtir sa demeure sur le sable. »
- l'amour et ses déceptions:
« Jeunesse! Jeunesse! Je veux régner comme un sultan plein et entier [...] Tu vois maintenant, ma toute petite, pourquoi je t'ai séduite avec tant de grâce et pourquoi j'ai élu ton coeur? C'est pour y fonder, comment dire, mon Califat essentiel. Je veux posséder tes langueurs. Je ferai le tyran dans les Etats d'amour. Tu seras à moi seul. Je serai celui qui te captive comme l'or et les pierres précieuses. Si on se quitte, finie la vie - la tienne, bien entendu! Toi toute entière, fibres et peau, sans volonté, sans oui et sans non, je te saurai remplie de moi. Ces boucles, ces dons de la nuit, tout ce qui a des noms charmants, tous les jardins de Babylone seront au rendez-vous du sultan.
Voilà pourquoi, dans le fond, c'est très bien, ce crâne vide. Quand on a une âme, on se perd vite dans la contemplation de soi-même. »

Quelle est la place des femmes dans cet ouvrage?
Sans parler de misogynie, il n'est pas une femme qui ait un positionnement convenable:
- Ase, la mère de Peer, est totalement déstabilisée par la mythomanie de son fils
- Solvejg, est étonnante de naïveté et offre à Peer une rédemption bien peu méritée
- Anitra, jeune esclave, n'aurait pas d'âme; elle dépouille cependant Peer et l'abandonne dans le désert
- La femme en vert, fille du roi des trolls, est une manipulatrice et finit débauchée
- les trois filles des pâturages sont inconséquentes mais bien drôles:
« Première fille: Mon Trond, vas-y, vas-y tout doux./ Troll de douceur, vas-y doucement.
Deuxième fille: Mon troll vas-y, vas-y très dur. / Troll de violence, vas-y durement.
Troisième fille: Chez nous trois, les lits sont vides. / Entrollez-nous, remplissez nos lits. »
A bien y réfléchir, le positionnement des hommes n'est pas plus avantageux.

Les aventures de Peer se succèdent à travers le monde, ce qui l'amène à se sentir citoyen de celui-ci:
« Monsieur Ballon: Vous êtes bien norvégien?
Peer Gynt: De naissance, oui! Mais de coeur, citoyen du monde. Car ce que j'ai eu de fortune, j'en dis merci à l'Amérique. Mes rayons pleins de livres, je les dois aux écoles de l'Allemagne. C'est de France que je tiens ma façon de m'habiller, de me tenir et de penser; d'Angleterre, cette ardeur au travail et le sens aigu de mon propre intérêt. Chez les juifs, j'ai appris à attendre. Mon léger penchant au dolce farniente, l'Italie m'en a fait présent. »
L'humour est partout dans cet ouvrage, la lecture en est, de ce fait, très agréable:
« Roi des trolls: Evidemment, [Peer] n'a qu'une tête, mais ma fille n'en a pas tellement plus. Les trolls à trois têtes sont complètement démodés, quant aux deux têtes, c'est à peine si on en voit, et encore les têtes sont très comme ci comme ça. »
« Le passager [lors du retour en Norvège]: Oh! Pour cela, n'aie crainte, car il y a un pacte:
on ne meurt pas au beau milieu d'un cinquième acte. »
Peer Gynt  a été mis en musique en 1876 par Edvard Grieg:




Editeur : Theatrales
Parution (pour cette édition) : 20 janvier 1997
Collection : Des Classiques
ISBN: 9782842600068

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire