dimanche 31 mai 2015

Ecole du Breuil - Bois de Vincennes
























lundi 25 mai 2015

Check-Point de Jean-Christophe Rufin

Check-Point est un roman de Jean-Christophe Rufin publié aux éditions Gallimard en avril 2015.



A la lecture de cet ouvrage, j'ai souvent fait un rapprochement avec Le Salaire de la peur de Henri-Georges Clouzot et sorti en salles en 1953: le convoi de deux camions, le "huis clos roulant" que mentionne l'auteur, les conditions géographiques difficiles, le transport de matières dangereuses, les conflits entre les protagonistes, ...

Check-Point se déroule toutefois dans un environnement plus récent, le conflit serbo-croate.

Jean-Christophe Rufin excelle dans l'art de décrire les sentiments de ses personnages comme les paysages de montagne.

Les thèmes de Check-Point sont variés et l'on retrouve entre autres:
- l'amour, la déception amoureuse:
"C'était la première fois, sans doute, que Maud observait l'amour d'aussi près, un amour qui faisait prendre des risques, traverser les mondes, oublier sa propre personne. C'était à cet amour-là qu'elle avait cru longtemps. Elle avait fini par penser qu'il n'existait pas."
- les associations humanitaires et leurs bénévoles:
"Elle détestait l'injustice du monde mais n'en voulait à personne en particulier. L'humanitaire lui avait donné le moyen de répondre à cette indignation diffuse. Ce n'était pas satisfaisant et elle avait été peu à peu conduite à s'engager plus directement, à renier le sacro-saint principe de neutralité."
- l'enfance parfois difficile qui bouleverse la vie adulte:
"Les tatouages redoutables, les gros muscles, l'air farouche de Marc n'étaient que la panoplie dérisoire dont s'était revêtu un enfant seul et vulnérable, pour se protéger."

Le conflit serbo-croate est un décor et l'auteur y fait assez peu référence, ce qui est plutôt un soulagement, pour ma part. J'espérais, bien entendu, une lecture aussi belle que l'Abyssin ou Immortelle Randonnée mais il n'y a aucune déception avec des passages aussi beaux que:
"Il se pencha vers elle et l'embrassa. Ses lèvres s'irritèrent contre la barbe rugueuse qui entourait sa bouche. C'était une petite douleur qu'elle aimait et qui, un instant, lui fit oublier les autres. Elle s'en voulait d'avoir les yeux pleins de larmes."

Titre: Check-Point
Auteur: Jean-Christophe Rufin
Editeur : Gallimard
Date de parution: 10 avril 2015
Collection : Blanche
ISBN: 978-2070146413

samedi 23 mai 2015

La Petite Danseuse de quatorze ans d'Edgar Degas

La Petite Danseuse de quatorze ans est une sculpture d'Edgar Degas réalisée en cire entre 1875 et 1881 et présentée en 1881 lors de la sixième exposition impressionniste.

Petite danseuse de quatorze ans
ou grande danseuse habillée

Bronze avec patine, tulle, satin, bois socle
98 cm * 35,2 cm * 24,5 cm
Musée d'Orsay


La sculpture qui se trouve au musée d'Orsay est en bronze. Elle n'a jamais été vue par Edgar Degas qui avait accessoirisé son original en cire (jupon en tarlatane, ruban de soie vert, corsage ajouré, bas, ballerines en satin, tour de cou et perruque). Après sa mort, en 1917, ses héritiers ont décidé de faire tirer en bronze les cires sculptées créées par l'artiste. La Petite danseuse était en mauvais état, les bras presque détachés du buste. La sculpture en cire est conservée à la National Gallery of Art de Washington.

Si la taille de la sculpture est très inférieure à la taille habituelle des fillettes de quatorze ans, la statue est assez grande par rapport aux oeuvres de l'époque. On notera dans la salle adjacente du musée, différentes statues préparatoires de très petite taille.
La tenue de la fillette est celle des petits rats de l'Opéra de Paris: jupon en tulle, corsage bustier, ruban de satin dans la chevelure, bas sur les jambes, ballerines. Edgar Degas admire le travail et la discipline de ce corps de métier qu'il représente également en peinture (L'Orchestre de l'Opéra et L'Etoile).

La position des jambes correspond à la quatrième position de danse classique.
Les pointes de pied sont fortement orientées vers l'extérieur pour travailler la souplesse du bassin, des hanches et des cuisses. La silhouette de la fillette semble déformée par les exercices quotidiens.
Les bras sont au repos, dans le dos. La tête est relevée mais la jeune fille semble rêver, ses yeux mi-clos. Au delà de la position des pieds, la cambrure souple du dos, les épaules basses et le menton redressé témoignent d'exercices quotidiens intenses et également d'une fine observation anatomique de la part d'Edgar Degas. Différentes patines permettent de bien distinguer la tenue, du corps de la danseuse: la peau, les bas et les cheveux sont patinés de brun, le corsage est patiné de blanc crème, les lèvres et les chaussons sont patinés d'un brun rosé.

Edgar Degas a pris pour modèle Marie Van Goethem (née en 1865) dans une humble famille du IXe arrondissement de Paris. La mère blanchisseuse est seule pour s'occuper de ses trois filles qu'elle place à l'Opéra de Paris. Marie devient, contre rémunération, un modèle de Degas en 1879 à l'âge de quatorze ans. Elle pose pour des dessins préparatoires de sculptures ou de toiles (La Classe de ballet 1880). En 1881, elle est engagée dans le corps de ballet puis renvoyée en 1882 pour indiscipline.

Lors de la sixième exposition impressionniste, en 1881, la Petite danseuse stupéfait le public. Les critiques dénoncent l'effronterie et la laideur de la représentation. L'ajout d'accessoires révèle une volonté de réalisme de la part de l'artiste, plus qu'une volonté de choquer.

Petite danseuse de quatorze ans
ou grande danseuse habillée
Bronze avec patine, tulle, satin, bois socle
98 cm * 35,2 cm * 24,5 cm
Musée d'Orsay

jeudi 21 mai 2015

La Promenade dans le port, Le Pouliguen 1908



dimanche 10 mai 2015

Héloïse, ouille de Jean Teulé


Héloïse, ouille est un ouvrage de Jean Teulé publié aux éditions Julliard en mars 2015.



Les récents ouvrages érotiques à succès (Cinquante nuances de Grey, Beautiful Bastard, ...) auraient-ils influencé la plume de Jean Teulé?
Variant de l'érotisme au sexe brut, les mots sont efficaces, percutants. Chacun appréciera cet ouvrage selon son ouverture d'esprit mais il est fort à parier que les critiques seront nombreuses.
Il n'est pas opportun de reporter des extraits 'piquants' qui pourraient paraître racoleurs et inadaptés à ce blog.

Si le Très sage Héloïse de Jeanne Bourin présentait une femme soumise et naïve, cette version de Jean Teulé est autrement plus rock'n'roll.
Héloïse, féministe avant l'heure, recherche le plaisir des sens auprès de multiples conquêtes, enfante en dehors du mariage et n'hésite pas à reprocher à Pierre Abelard son indifférence les vingt dernières années ("Évalue l'étendue de ton ingratitude").
Sa seule soumission, son entrée dans les ordres, Héloïse ne l'accepte que par cet amour ineffable envers Pierre Abélard.

L'ouvrage, porté par l'humour habituel de Jean Teulé, est aussi l'occasion de plonger dans l'obscurantisme du Moyen-Age: "Le raisonnement par la logique est une usurpation de l'autorité divine et donc un blasphème!" ou encore "Les Bretons ont la réputation d'être sauvages."

Seule remarque à charge, la plume de Jean Teulé est parfois trop ordinaire: "Allez, on y croit","mal fichu", "Ce n'est pas gagné", ... Dommage!







Titre: Héloïse, ouille
Auteur: Jean teulé
Editeur : Julliard
Date de parution: 5 mars 2015
ISBN: 978-2260022107

lundi 4 mai 2015

Les copains d'abord de Georges Brassens



Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau,
Qu'on se le dise au fond des ports,
Dise au fond des ports,
Il naviguait en père peinard
Sur la grand mare des canards,
Et s'appelait les Copains d'abord
Les Copains d'abord.

Ce fluctuat nec mergitur *
C'était pas d'la litterature,
N'en déplaise aux jeteurs de sort,
Aux jeteurs de sort,
Son capitaine et ses mat'lots
N'étaient pas des enfants d'salauds,
Mais des amis franco de port,
Des copains d'abord.

C'étaient pas des amis de luxe,
Des petits Castor et Pollux,
Des gens de Sodome et Gomorrhe,
Sodome et Gomorrhe,
C'étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boetie,
Sur le ventre ils se tapaient fort,
Les copains d'abord.

C'étaient pas des anges non plus,
L'Evangile, ils l'avaient pas lu,
Mais ils s'aimaient toutes voiles dehors,
Toutes voiles dehors,

Jean, Pierre, Paul et compagnie,
C'était leur seule litanie
Leur Credo, leur Confitéor,
Aux copains d'abord.

Au moindre coup de Trafalgar,
C'est l'amitié qui prenait l'quart,
C'est elle qui leur montrait le nord,
Leur montrait le nord.
Et quand ils étaient en détresse,
Qu'leur bras lancaient des S.O.S.,
On aurait dit des sémaphores,
Les copains d'abord.

Au rendez-vous des bons copains,
Y'avait pas souvent de lapins,
Quand l'un d'entre eux manquait a bord,
C'est qu'il était mort.
Oui, mais jamais, au grand jamais,
Son trou dans l'eau n'se refermait,
Cent ans après, coquin de sort !
Il manquait encor.

Des bateaux j'en ai pris beaucoup,
Mais le seul qui ait tenu le coup,
Qui n'ai jamais viré de bord,
Mais viré de bord,
Naviguait en père peinard
Sur la grand mare des canards,
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord.

* Fluctuat nec mergitur est une locution latine qui signifie "Il flotte mais il ne sombre pas", c'est la devise de Paris.

mercredi 29 avril 2015

La folle histoire de l'urinoir qui déclencha la guerre

La folle histoire de l'urinoir qui déclencha la guerre est un ouvrage de Laurent Flieder et Dominique Lesbros paru aux éditions Lattès en mai 2014.

Cet ouvrage est un grand moment de lecture, probablement pas pour la qualité de l'écriture, mais pour les nombreuses farces, drôleries et sourires qui truffent chaque page. Il se déroule pendant les quelques mois qui précèdent la Première Guerre Mondiale.

Le lecteur revit l'assassinat de Jean Jaurès, rencontre Erick Satie, Marcel Duchamp ou encore le merveilleux Guillaume Apollinaire. On retrouve également les brigades du Tigre et Clemenceau, ainsi que les manifestations féministes du début du XXe siècle

Derrière l'humour, les auteurs proposent une thèse sensée selon laquelle la Première Guerre Mondiale aurait été fomentée par les industries de l'armement et cela afin d'écouler leurs stocks.

L'ouvrage est d'une fluidité qui rappelle un scénario de film et on ne serait pas étonné qu'il le devienne un jour... et cela malgré une écriture à quatre mains.

Auteur(s) : Laurent Flieder, Dominique Lesbros
Titre : La folle histoire de l'urinoir qui déclencha la guerre
Editions : JC Lattès
Date de Parution : mai 2014
Code EAN/ISBN : 9782709645928

dimanche 26 avril 2015

Concarneau avril 2015









Pont-Aven

Brest

Brest

jeudi 16 avril 2015

Du temps où le Code de la consommation n'existait pas...

Maladies de la femme, Le Petit Journal du 17 juillet 1898

"Les statistiques médicales dernièrement établies accusent un chiffre toujours croissant de maladies chez la femme, parmi lesquelles se placent, au premier rang, les hernies ombilicales, inguinales et crurales; les affections internes de l'abdomen: abaissement, chute, descente, antéversion, rétroversion, tumeurs, kystes, et celles qui ont plus particulièrement leur siège dans les jambes: phlébites, hydarthroses, varices internes, varices externes, etc., etc.
   Tout en constatant avec peine que quarante-six femmes sur cent sont atteintes d'une ou de plusieurs de ces maladies fort dangereuses, qui peuvent coûter la vie si elles sont mal ou insuffisamment soignées, les médecins déplorent le peu de soins et de précautions qu'elles prennent pour éviter ou pour atténuer le mal.
   La plupart ne font absolument rien, alors qu'il serait si simple de se soigner facilement et à peu de frais, soit en pratiquant, selon les cas, des lavages fréquents avec des appareils appropriés, soit en portant une ceinture ventrière bien comprise et bien établie, qui maintienne parfaitement sans occasionner aucune gêne, soit en faisant usage de bas élastiques pour varices, qui compriment doucement la jambe sans trop la serrer.
   Il n'est cependant pas difficile de se procurer ces objets si nécessaires à la santé, puisque M. Claverie, le spécialiste bien connu, qui demeure à Paris, 234, faubourg Saint-Martin, envoie gratuitement et avec discrétion à toutes les personnes qui le lui demandent son catalogue illustré où tous ces appareils se trouvent décrits et représentés et où se trouvent aussi les renseignements nécessaires et les mesures à prendre pour les commander.
La femme qui souffre n'a pas d'excuse; il lui est si facile de se soigner."

jeudi 26 mars 2015

Musée d'Orsay


Edgar Degas   
Danseuses bleues



Emile-Antoine Bourdelle
Héraklès archer


François Pompon
Grand-Duc
1927 1930

Gustave Caillebotte
Les rabotteurs de parquet    
1875
Paul Signac
Femmes au puits Jeunes Provençales au puits          
1893

Pierre Bonnard
Amandier en fleur

Vincent Van Gogh
La nuit étoilée

... et merci Fleur Pellerin pour ces photos

mercredi 25 mars 2015

L'Aménagement du territoire d'Aurélien Bellanger Prix de Flore 2014

L'aménagement du territoire est un ouvrage érudit mais sa construction faite de nombreuses et longues digressions me semble difficile à lire et je n'ai pu le finir.

mercredi 18 février 2015

Constellation d'Adrien Bosc

"Le bout du monde, c'est le Père-Lachaise"

mardi 17 février 2015

Jaurès - Ils ont fait l'Histoire

"Jean Jaurès, figure de proue du socialisme français, incarne pour beaucoup l'opposition à la guerre qui s'annonce en 1914. Orateur hors-pair, grand humaniste et fondateur du journal L'humanité, il met tout son poids politique dans ce combat pour la paix alors que le monde est sous tension après l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand. Cet engagement ultime est le point d'orgue d'une carrière politique au service des exclus et des persécutés commencée dans les années 1880 et éclatant dans les années 1890 par un soutien enflammé aux mineurs grévistes des Carmaux"







mercredi 11 février 2015

La femme qui dit non de Gilles Martin-Chauffier

"Dans les antichambres de Laval, Pétain, Darlan et des autres, il avait rencontré un certain François Mitterrand."
"On attendait Eugène Claudius-Petit, on a eu François Mitterrand.
Et là, stupéfaction, le sosie de Tino Rossi a pris la parole. Misia, rieuse, a éprouvé la même stupeur et m'a demandé tout bas s'il allait chanter. Un danseur de tango gominé parlait au nom du peuple. [...] Il ne clignotait pas encore des yeux comme une enseigne lumineuse survoltée et n'avait pas tout à fait mis au point sa façon un peu heurtée de parler en sourdine mais il alternait avec esprit le miel et le fiel."

jeudi 29 janvier 2015

Ballade pour un père oublié de Jean Teulé

Je suis François, dont il me poise
Né de Paris emprès Pontoise
Et de la corde d'une toise
Saura mon col que mon cul poise

mercredi 14 janvier 2015

Pas pleurer de Lydie Salvayre Prix Goncourt 2014

Pas pleurer est un roman de Lydie Salvayre paru en août 2014 aux éditions du Seuil. Cet ouvrage a obtenu le prix Goncourt 2014.




A travers l'histoire de la famille de Lydie Salvayre et du parcours de Georges Bernanos, Pas pleurer nous éclaire sur la guerre d'Espagne et les atrocités commises par les différents mouvements politiques impliqués.

Le passage suivant souligne notamment le soutien de l’Église aux massacres franquistes:
"Pour Bernanos, à Palma, ce n'était pas non plus une vie, c'est ce que j'imagine et qui se laisse deviner à la lecture des Grands cimetières sous la lune.
Au mois de mars 1937, il décida de quitter Palma et embarqua avec sa famille à bord d'un navire français. Trop d'abominations s'étaient commises sur le sol d'Espagne et trop de crimes empuantissaient l'air.
Il pensait avoir touché le fond de la hideur. Il avait vu l'évêque-archevêque de Palma agiter avec indécence ses mains vénérables au-dessus des mitrailleuses italiennes - l'ai-je vu oui ou non? écrivait-il. Il avait entendu hurler cent fois Vive la mort. Il avait vu "les chemins creux de son île recevoir régulièrement leur funèbre moisson de mal-pensants: ouvriers, paysans, mais aussi bourgeois, pharmaciens, notaires."
Il avait entendu Untel qu'il pensait être du côté des massacreurs lui avouer les yeux pleins de larmes: C'est trop, je n'en puis plus, voilà ce qu'ils viennent de commettre, et de décrire un meurtre effroyable. Il avait lu une certaine presse, dégueulasse de lâcheté, rester parfaitement muette devant les exactions franquistes. Il y a quelque chose, disait-il, de mille fois pire que la férocité des brutes, c'est la férocité des lâches.
Il avait lu le poème de Claudel "les yeux pleins d'enthousiasme et de larmes" chantant sa sainte admiration pour les Claudel que Shakespeare eût nommé tout crûment fils de p***.
Il avait vu d'honnêtes gens se convertir à la haine, d'honnêtes gens à qui l'occasion était offerte enfin de s'estimer supérieurs à d'autres, leurs égaux en misère. Et il avait écrit cette phrase qui pourrait avoir été écrite ce matin même tant elle s'applique à notre présent, "Je crois que le suprême service que je puisse rendre à ces derniers (les honnêtes gens) serait précisément de les mettre en garde contre les imbéciles ou les canailles qui exploitent aujourd'hui, avec cynisme, leur grande peur."

A son habitude, l'auteur utilise de nombreuses anaphores (répétitions à chaque début de phrase).

​L'ouvrage est émouvant car très personnel et emprunt de nostalgie. Le vocabulaire de Montse (la mère de l'auteur), mélange improbable de mots français et espagnols, apporte un humour nécessaire à l'équilibre du roman.

Les thèmes de Pas pleurer sont variés:
- la guerre d'Espagne et ses atrocités
- les différents courants politiques et l'influence de l'Eglise
- le clivage des classes sociales ("Vous avez l'air bien modeste")
- le féminisme poussé par les insurrections libertaires (Montse tombe enceinte d'un homme de passage)
- la situation économique et intellectuelle du monde paysan espagnol

Titre: Pas pleurer
Auteur: Lydie Salvayre
Broché: 278 pages
Editeur : Seuil
Date de parution: 21 août 2014
Collection : Cadre rouge
ISBN: 9782021116199

dimanche 11 janvier 2015

#JesuisCharlie

avenue de la République

Ajouter une légende

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République
"La caricature est un témoin de la démocratie" Tignous

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue de la République

avenue Philippe Auguste

avenue Philippe Auguste

Place de la Nation

Place de la Nation

Place de la Nation

Place de la Nation


video


video