jeudi 16 avril 2015

Du temps où le Code de la consommation n'existait pas...

Maladies de la femme, Le Petit Journal du 17 juillet 1898

"Les statistiques médicales dernièrement établies accusent un chiffre toujours croissant de maladies chez la femme, parmi lesquelles se placent, au premier rang, les hernies ombilicales, inguinales et crurales; les affections internes de l'abdomen: abaissement, chute, descente, antéversion, rétroversion, tumeurs, kystes, et celles qui ont plus particulièrement leur siège dans les jambes: phlébites, hydarthroses, varices internes, varices externes, etc., etc.
   Tout en constatant avec peine que quarante-six femmes sur cent sont atteintes d'une ou de plusieurs de ces maladies fort dangereuses, qui peuvent coûter la vie si elles sont mal ou insuffisamment soignées, les médecins déplorent le peu de soins et de précautions qu'elles prennent pour éviter ou pour atténuer le mal.
   La plupart ne font absolument rien, alors qu'il serait si simple de se soigner facilement et à peu de frais, soit en pratiquant, selon les cas, des lavages fréquents avec des appareils appropriés, soit en portant une ceinture ventrière bien comprise et bien établie, qui maintienne parfaitement sans occasionner aucune gêne, soit en faisant usage de bas élastiques pour varices, qui compriment doucement la jambe sans trop la serrer.
   Il n'est cependant pas difficile de se procurer ces objets si nécessaires à la santé, puisque M. Claverie, le spécialiste bien connu, qui demeure à Paris, 234, faubourg Saint-Martin, envoie gratuitement et avec discrétion à toutes les personnes qui le lui demandent son catalogue illustré où tous ces appareils se trouvent décrits et représentés et où se trouvent aussi les renseignements nécessaires et les mesures à prendre pour les commander.
La femme qui souffre n'a pas d'excuse; il lui est si facile de se soigner."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire