vendredi 28 octobre 2011

Vatel de Laurent Joffé

Vatel est un film de Roland Joffé de 2000.
La bande originale est d’Ennio Morricone

L’action se déroule en 1671 au château de Chantilly mais différents châteaux ont servi au tournage de ce film.
La scène où se réunissent Colbert, Louis XIV et le prince de Condé est quant à elle, tournée dans la Galerie Dorée de l’Hôtel de Toulouse.

La guerre contre la Hollande menace mais Colbert souhaite l’éviter.
En cas de guerre, Louis XIV juge le prince de Condé le plus à même de diriger les troupes.
Par ailleurs, le prince de Condé souhaite s’attirer les faveurs du Roi et le reçoit dans son château de Chantilly pour trois jours de festivités.
Toute l'organisation de ces trois jours, repose sur François Vatel, le maître d'hôtel du prince de Condé qui va au burn-out...

Le mélange de nationalités des acteurs est intéressant car inhabituel.
Néanmoins, lorsque Madame de Montausier envoie un billet à François Vatel, était-il besoin d’écrire en anglais « Beware Lauzun » ? Dommage…

Finalement, ce film nous décrit une cour du Roi, qui ne fait que jouir des plaisirs de la vie, qui ne paie pas ses dettes et qui n’a aucune considération pour le peuple.
Un terreau pour 1789 ?

Pour l’anecdote, François Vatel aurait effectivement inventé la crème Chantilly en émulsionnant de la crème avec du sucre.

La bande-annonce du film:


Vatel - Bande annonce FR par _Caprice_

L'affiche du film:

VATEL - Roland Joffé (2000)

Cet extrait de Louis XIV et le Grand Siècle de Gonzague Saint Bris:
De son vrai nom Fritz-Karl Watel, il était né à Paris en 1631. Le métier où il exerça à la perfection son talent fut celui de pâtissier-traiteur, intendant et maître d'hôtel français, successivement au service de Nicolas Fouquet, surintendant des finances, et du prince Louis II de Bourbon-Condé. Grand organisateur de fêtes et de festins fastueux, il se distingua à Vaux-le-Vicomte puis au château de Chantilly. La fête de 1661 à Vaux-le-Vicomte, qui aurait dû consacrer son triomphe et qui fut fatale à Fouquet, fut celle de toutes les saveurs souterraines: un dîner de quatre-vingt tables avec trente buffets et cinq services de faisans, cailles, ortolans, perdrix... le tout servi dans une vaisselle en or massif pour les invités d'honneur et en argent pour le reste de la Cour. Pour l'atmosphère, les violons jouèrent la musique de Lully, surintendant de la musique du Roi. Pour le divertissement, Molière et Lully mirent en scène Les fâcheux, une comédie-ballet spécialement composée pour l'événement. Pour le dessert, Vatel s'était surpassé en créant la surprise avec cette crème fouettée et sucrée connue aujourd'hui sous le nom de "crème Chantilly"! Il est passé à la postérité comme le martyr volontaire de sa conscience professionnelle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire