mardi 5 juin 2012

Danaé de Gustav Klimt

Danaé est une peinture de Gustav Klimt datant de 1907-1908.

Danaé
Gustav Klimt 1907-1908
Huile sur toile
Hauteur 77 cm Largeur 83 cm
Collection particulière, Grasse

La légende
D'après la mythologie grecque, le père de Danaé, Acrisios, roi d'Argos, emprisonne sa fille Danaé lorsqu'un oracle lui prédit qu'il sera tué par son propre petit-fils.
Zeus s'éprend de Danaé et parvient à entrer en contact avec elle en se transformant en une pluie d'or. Persée naît de cette union.
Persée participe un beau jour en Thessalie à des jeux auxquels assiste Acrisios. Dépassant sa cible au lancer du disque, Persée frappe et tue accidentellement son grand-père.

Le tableau
Le corps de la belle dormeuse Danaé épouse la forme d'un oeuf, qui symbolise la fécondité.
Dans son sommeil, elle semble innocente. Son visage est relâché, calme et en contradiction avec la sensualité de sa cuisse offerte et de son sein. Son pied est caché.

La chevelure rousse de Danaé est relâchée mais parfaitement structurée. Ses doigts n'ont pas une position naturelle, ils semblent crispés, agrippés à son sein. L'autre main de Danaé disparaît vers son intimité.
Sa bouche entrouverte est sensuelle.

Le tissu, sur lequel elle est couchée, est richement brodé de sphères dorées. Semble tomber du ciel, une cascade de pièces et de crochets d'or. Cette cascade passe entre les cuisses de Danaé et seules quelques pièces d'or se dirigent vers le sol. Ces éléments dorés sont peints avec minutie.

La position foetale de Danaé renforce la disproportion de la cuisse. Cette dernière est mise en valeur, avec la coulée d'or, au centre du tableau. Cette zone centrale lumineuse est cadrée par les étoffes plus sombres.

Je ne sais ce que peuvent symboliser le rectangle noir ainsi que l'appendice couleur rouille dans l'angle inférieur gauche.

Le tombé des pièces donne une dynamique en contraste avec le doux sommeil de Danaé.

Une atmosphère onirique baigne cette composition inspirée de la mythologie et chargée d'érotisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire