samedi 7 janvier 2012

Le drapeau tricolore, emblème national

En février 1848,  Louis-Philippe Ier est au pouvoir et Paris est secoué par de nombreuses émeutes.
Un éventuel changement de régime fait craindre le retour de sombres heures de l’Histoire, telles qu’en a connu le pays un demi-siècle plus tôt.

Lorsque le 24 février 1848, la duchesse d'Orléans, belle-fille de Louis Philippe Ier et veuve du prince royal Ferdinand-Philippe, demande la régence au nom de son fils Louis-Philippe II, le jeune comte de Paris, la majorité de la chambre accepte la proposition.

Intervient alors le député Alphonse de Lamartine, qui souhaite, quant à lui, une république basée sur l'Évangile et dénuée de violence. Les émeutes se multiplient mais Lamartine reste sur sa position exprimée le 13 juillet 1830, deux semaines avant les trois glorieuses « aveuglement, non-sens, jalousie, cruelle de toute supériorité sociale, lâcheté et cruauté je parle des masses prolétaires et non éclairées ».

Lamartine rejette donc cette classe ouvrière ainsi que ses emblèmes.

Le drapeau rouge a longtemps annoncé une violence extrême sur les champs de bataille.
En 1789, il signifiait une dernière sommation avant l'intervention des troupes.
Jusqu'en 1830, les gouvernements hésitent entre le drapeau tricolore (le blanc symbolise la couleur du roi, le bleu et le rouge sont les couleurs de Paris) et le drapeau blanc à fleur de lys, symbole de la monarchie. Louis-Philippe opte alors pour le drapeau tricolore et le peuple choisit alors, comme alternative, le drapeau rouge, couleur de sang. Hissé brièvement, le 5 juin 1832, pour les obsèques du général Lamarque, il fut le prétexte à l'insurrection décrite par Victor Hugo dans les Misérables.

Le 25 février 1848, une insurrection, place de l'Hôtel de Ville, brandit le drapeau rouge et demande le remplacement du drapeau tricolore.
Lamartine souhaite alors organiser des élections présidentielles pour lesquelles il serait candidat. Veillant à son électorat conservateur, il improvise un discours dont cet extrait :
« Citoyens, vous pouvez faire violence au gouvernement, vous pouvez lui commander de changer le drapeau de la nation et le nom de la France. Si vous êtes assez mal inspirés et assez obstinés dans votre erreur pour lui imposer une République de parti et un pavillon de terreur, le gouvernement, je le sais, est aussi décidé que moi-même à mourir plutôt que de se déshonorer en vous obéissant. Quant à moi, jamais ma main ne signera ce décret. Je repousserai jusqu'à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champs-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »
Source: Wikisource

Lamartine continue son discours dans la salle du trône de l'Hôtel de Ville:
« Je vous ai parlé en citoyen tout à l’heure, eh bien ! Maintenant écoutez en moi votre ministre des affaires étrangères. Si vous m’enlevez le drapeau tricolore, sachez-le bien, vous m’enlèverez la moitié de la force extérieure de la France ! Car l’Europe ne connait que le drapeau de ses défaites et de nos victoires dans le drapeau de la République et de l’Empire. En voyant le drapeau rouge, elle ne croira voir que le drapeau d’un parti ! C’est le drapeau de la France, c’est le drapeau de nos armées victorieuses ; c’est le drapeau de nos triomphes qu’il faut relever devant l’Europe. La France et le drapeau tricolore c’est une même pensée, un même prestige, une même terreur, au besoin, pour nos ennemis !
Songez combien de sang il vous faudrait pour faire la renommée d’un autre drapeau !
Citoyens pour ma part, le drapeau rouge, je ne l’adopterai jamais, et je vais vous dire pourquoi je m’y oppose de toute la force de mon patriotisme : c’est que le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec la République et l’Empire, avec vos libertés et vos gloires, et que le drapeau rouge n’a fait que le tour du Champ de Mars, traîné dans le sang du peuple. »
Source : Assemblée Nationale

L’insurrection n’est plus.


Lamartine repoussant le drapeau rouge à l’Hôtel de Ville
le 25 février 1848
Félix Philippoteaux
Musée Carnavalet   Paris


Le 26 février 1848, un décret instaure le drapeau tricolore en tant qu’emblème national.

Si le billet vous a plu, merci de me laisser un commentaire...

2 commentaires:

  1. En juin 1832 le drapeau rouge ne fut pas hissé brièvement mais pendant toute l'insurrection concurremment avec le drapeau tricolore qui avait été inscrit dans les statuts de la "Société Gauloise", fer de lance de l'insurrection. L'océrisation des documents, en particulier du "Journal des débats", permet de le vérifier.
    Pierre Baudrier

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Merci pour cette précision.

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer